Fermer le menu

Chiffres clés de l’économie tarnaise

Découvrez les Chiffres clés de l’économie tarnaise et de ses principaux secteurs

Mots clés : 

Découvrez les Chiffres clés de l’économie tarnaise et régionale réguliérement mis à jour

 

En Décembre 2016, le Tarn c'est 15 386 établissements / entreprises et 56 999 salariés ressortissants de la Chambre de Commerce et d’Industrie. 
Vous êtes porteur de projet, entrepreneur, collectivités…. Vous souhaitez en savoir plus sur l’économie tarnaise ?

 

Découvrez les chiffres clés de l’économie tarnaise

(mise à jour décembre 2016)

Nous mettons à votre disposition une série de données chiffrées sur l’activité économique du Tarn : population, emploi, économie, fiscalité…..
 

Pour en savoir plus sur la région, découvrez les chiffres clés économiques de Midi-Pyrénées

 

Découvrez les chiffres clés sectoriels de Midi-Pyrénées

 

Découvrez le Tarn en quelques mots

Découvrez le Tarn en quelques mots Le Tarn se situe au cœur de la nouvelle région Occitanie, à environ deux heures de la Méditerranée, des Pyrénées et de la frontière espagnole. Il se trouve à quelques kilomètres seulement de la métropole toulousaine, qui concentre environ 14% des activités de la grande région et dont l’influence lui offre une attractivité économique et résidentielle non négligeable.

 

Le département dispose de deux arrondissements correspondant plus ou moins aux deux principaux bassins d’emploi et de consommation : Albi et Castres-Mazamet.

 

Avec 384 474 habitants au 1er janvier 2014, le Tarn est le cinquième département de la région l’Occitanie en ce qui concerne la population (derrière la Haute-Garonne, l’Hérault, le Gard et les Pyrénées Orientales) et le sixième en nombre d’entreprises, juste derrière l’Aude. Il se démarque par un maillage urbain dense et composé de plusieurs villes de taille moyenne :

  • 6 communes comptent plus de 10 000 habitants : Albi (préfecture du département), Castres (sous-préfecture), Gaillac, Graulhet, Lavaur et Mazamet.
  • 5 autres communes possèdent entre 6 et 10 000 habitants : Carmaux, Saint-Sulpice, Saint-Juéry, Aussillon et Labruguière.

 

… un niveau de desserte inégal et à améliorer

 

Les infrastructures routières tarnaises sont inégales et insuffisantes. Le département, en particulier au sud et à l’est, souffre depuis de nombreuses années d’un relatif enclavement.

 

Le Tarn est en partie traversé par la principale voie de communication et seule autoroute du département - l’A68 - qui relie Toulouse à Albi. Celle-ci exerce un pouvoir d’attraction non négligeable sur tout l’ouest tarnais et sur les communes situées de part et d’autre de son tracé. Toutefois, si à terme cette voie doit relier Toulouse à Lyon en passant par Rodez et Clermont-Ferrand, elle n’est toujours pas finalisée et fait d’Albi un point de blocage que les entreprises parviennent difficilement à franchir. Ainsi, malgré son foncier disponible en bordure de rocade, le Carmausin ne parvient que rarement à capter les prospects.

 

Cette infrastructure a permis le développement des communes situées tout au long de l’A68 ou en bordure de la Haute Garonne.

 

Le département est également ouvert sur le Tarn-et-Garonne (vers Montauban) et l’Aveyron (vers Millau) par la RD 999 mais également à Rodez par la RN 88.

 

Après de nombreuses années d’attente, la mise en concession autoroutière de la liaison Castres-Toulouse permettra de désenclaver le sud du département et de relier la sous-préfecture tarnaise, Castres, à la métropole toulousaine. Cette infrastructure devrait favoriser le développement du sud-est du département qui souffre de désindustrialisation.

 

Le Tarn dispose d’un réseau routier départemental permettant de relier les principaux bassins d’emplois. Toutefois, ces infrastructures sont parfois dangereuses et insuffisantes pour désenclaver l’ensemble des territoires. Ainsi, certains d’entre eux restent peu lisibles et difficiles d’accès ; c’est le cas notamment des Monts de Lacaune, du Cordais…

 

Le nord-ouest du département se trouve à 30 à 45 minutes en moyenne de l’aéroport de Toulouse Blagnac. La sous-préfecture tarnaise de Castres dispose également d’un petit aéroport assurant 3 liaisons quotidiennes vers Paris.

 

Le Tarn est aussi desservi par les lignes ferroviaires, mais de manière insuffisante, laissant là encore de nombreuses communes à l’écart. Cependant, la ligne Carmaux-Albi-Gaillac-Toulouse est de plus en plus fréquentée par des actifs locaux travaillant sur Toulouse. Il convient de noter également le programme de la région qui prévoit de rénover les voies de chemin de fer.

 

Les lignes de transports en commun routiers se sont également fortement développées au niveau infra départemental, que ce soit à l’initiative du département ou des intercommunalités. Bien qu’il semble difficile de desservir toute la population tarnaise avec un cadencement suffisant, des efforts importants sont réalisés entre les principaux bassins d’emploi et de vie. Il semblerait ainsi que la ligne d’autobus entre Albi et Castres connaisse un succès grandissant.

 

Parallèlement à tout ceci, des aires de covoiturage voient le jour : elles sont de plus en plus nombreuses et fortement utilisées par les usagers de la route.

 

 

Contact

Pôle Etudes & Territoires
05 67 46 60 00
Inscription à la newsletter de la CCI

Restez informé de nos actualités, de nos offres,
de nos formations, en vous inscrivant à notre newsletter !

Services en ligne CCI